Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Mémoire, Documentation et Archives de Laghouat

A travers ces pages, vous allez découvrir Laghouat, la porte du désert, une cité saharienne de l'Algérie, une ville du Xe siècle dont le nom a une origine plus ancienne encore. Ceci est un blog où je me contente de commenter des événements, illustrer des faits, partager des documents pour l'histoire dans le but d'aider en documentation nos chercheurs dans leur travaux académiques.

Articles avec #photographie catégorie

De nouvelles photos de Laghouat sur ebay

Publié le 6 Février 2017 par Bachir Rouighi dans Photographie

Voici des photos de 1922 soumises aux ventes aux enchères sur le site ebay du Khalifa du Sahara FERHAT Si Djelloul ben Lakhdar ben Mohammed ben taïeb  en compagnie d'officiers français dans la maison mauresque de BENSALEM Si Mohammed ben Cheikh-ali ben Ahmed ben salem.

Toujours sur le même site, un  portrait de 1922 du Khalifa Si Djelloul Ferhat.

Enfin, un autre portrait de 1922 d'un autre Chef arabe de Laghouat de la famille de Bensalemn probablement Bensalem Si Mohammed ben Cheikh-ali ben Ahmed ben salem.

De nouvelles photos de Laghouat sur ebay
De nouvelles photos de Laghouat sur ebay
De nouvelles photos de Laghouat sur ebay
De nouvelles photos de Laghouat sur ebay
De nouvelles photos de Laghouat sur ebay
commentaires

Les portes de Laghouat : La porte d'Alger

Publié le 27 Mars 2016 par Bachir Rouighi dans Photographie

Les portes de Laghouat : La porte d'Alger

Depuis la visite d'Al-Ayachi en 1662, il est bien connu que Laghouat était une ville fortifiée par des remparts. Peu avant la conquête, on a recensé quatre portes pour la ville de Laghouat.

Après la sanglante bataille de Laghouat en décembre 1852, l'armée coloniale avait pris la ville et a détruit tous les remparts du ksar et ses tours de défense. A partir de 1854, les militaires français ont commencé la reconstruction de la ville, avec de nouveaux remparts et de nouvelles portes. Ainsi, le nombre des portes est passé de 4 à 7 dont la plus importante est la porte d'Alger "Bab Dzair" qui aboutit sur l'avenue Cassaigne, le nouveau boulevard du nord (route d'Alger).

L'ancienne porte qui menait vers la route du nord était la porte de l'Est ou Bab Echergui ou encore Bab El oued comme en le connait de nos jours.

Source : cartes postales du site Delcampe

Les portes de Laghouat : La porte d'Alger
Les portes de Laghouat : La porte d'Alger
Les portes de Laghouat : La porte d'Alger
Les portes de Laghouat : La porte d'Alger
Les portes de Laghouat : La porte d'Alger
Les portes de Laghouat : La porte d'Alger
Les portes de Laghouat : La porte d'Alger
Les portes de Laghouat : La porte d'Alger
commentaires

Place Randon vers 1860 -1865

Publié le 26 Mars 2016 par Bachir Rouighi dans Photographie

Place Randon vers 1860 -1865

La place randon huit ans après le désastre de 1852. Une ville nouvelle est érigée dans l'oasis dense et le vieux tissu urbain. Des transformations dans l'urbanisme de la cité (Style hausmanien), une architecture militaire, des espaces quadrillés par de beaux immeubles.

 

Sur la photo, il s'agit d'une vue sur l'angle entre les deux faces de la place Randon où se trouve le cercle des officiers et le bazar des mozabites (celui de l'horloge).

Sur d'autres cartes postales on donne le nom de cheikh-ali à ce bazar. Or, le Général Philebert décrit bien le bazar de cheikh-ali comme une batisse avec des magasins et des appartements à l'étage, c'est ce qui correspond à l'immeuble en face de celui avec le minaret et l'horloge que Philebert décrit comme étant le bazar des mozabites. Ce qui correspond bien à cette photo. (Bachir Rouighi). 

commentaires

Laghouat : le centre européen

Publié le 4 Mars 2016 par Bachir Rouighi dans Photographie

Laghouat : le centre européen

Ancienne carte postale de la place Randon à Laghouat.

La place Randon représente à Laghouat, un centre monumental de la ville coloniale, un centre européen construit suivant l'objectif du Maréchal Randon, le Gouverneur Général d'Algérie, qui avait tracé l'action de son commandant supérieur à Laghouat, le Capitaine Du Barail avec des instructions bien définies parmi lesquelles " Faire de El-Aghouth une grande et belle ville (pour le pays bien entendu) (...) un grand centre...(Charles Philebert, Algérie et Sahara. Le général Margueritte (1882), Paris, direction du spectateur militaire, 1882. Kessinger Legacy Reprints. p 137).

Effectivement, à partir de 1854 commença la reconstruction de Laghouat par la création de nouveaux sites et quartiers avec une architecture européenne, une architecture militaire. Parmi eux, ce site de l'ancien quartier des Ahlafs dans sa partie basse, un site de transition vers le rocher E'safah puis le quartier ouest de la ville celui des Oulad Serghine.On pense que ce lieu était une ancienne place " Rahba " du Ksar de Laghouat.

Ce centre regroupait plusieurs bâtiments avec des galeries (arcades) qui embélissaient les quatres faces de la place : le bazar des mozabites avec à sa hauteur  le clocheton où se trouve l'horloge de la ville, en face le bazar cheikh-ali, une construction composée de boutiques au rez de chaussée et d'appartements au permier étage. Les deux autres faces, il y a l'hôtel du commandant supérieur et le cercle des officiers, en face, le bâtiment du génie et le bureau arabe. (ouvrage précédent, p.150).

 

Je saisi cette ocassion pour remercier tous les étudiants en architecture de l'université de Laghouat et ceux de Blida qui ont pris la peine d'étudier à travers leurs mémoires de recherche, ces anciens sites de la ville de Laghouat avec le souci de sauvegarder le patrimoine de l'ancien ksar de Laghouat.

 

Un grand merci pour mon ami Omar Marfoua, qui m'a fait le plaisir de lire cet ouvrage de Charles Philebert.

commentaires

Une rue de Laghouat

Publié le 4 Mars 2016 par Bachir Rouighi dans Photographie

Une rue de Laghouat

Une rue de Laghouat, photo éditée dans le livre de Reclus Élisée.

Origine : Reclus, Élisé, l'homme et la terre. Tome 5, Librairie universelle (Paris), 1905-1908, page 130.

Source : Bibliothèque nationale de France, Gallica bibliothèque numérique.

 

Il s'agit de la rue de Ganay qui mène à la grande mosquée de Laghouat (Djamaa E'safah). La photo n'est pas datée, mais on peut supposer que c'est vers 1874 voir quelques années après. La mosquée E'safah existe depuis 1874 et apparait sur la photo. Tandis qu'on peut remarquer l'existence encore à cette date des anciennes constructions de l'ancien ksar de Laghouat. L'avenue Margueritte est tracée mes ses arcades n'existent pas encore ! le jardin public (parc de jérusalem) existait à cette époque (une partie est sur la photo).


A l'époque coloniale, cette rue portait le nom du comte Jacques-Henry-Jean de Ganay, né le 6 septembre 1843 à Pau mort le  à Paris,Un général  français, qui fut commendant supérieur du cercle de Laghouat en1884 avec le grade de lieutenant-colonel.

commentaires