Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mémoire, Documentation et Archives de Laghouat

A travers ces pages, vous allez découvrir Laghouat, la porte du désert, une cité saharienne de l'Algérie, une ville du Xe siècle dont le nom a une origine plus ancienne encore. Ceci est un blog où je me contente de commenter des événements, illustrer des faits, partager des documents pour l'histoire dans le but d'aider en documentation nos chercheurs dans leur travaux académiques.

Sociologie des femmes sahariennes

Publié le 5 Mars 2016 par Bachir Rouighi in Documents

Alfred Dabat, " Femmes dans leur intérieur " (coll. part.), extrait de L'Algérie du Sud et ses peintres, de M. Vidal-Bué, Paris-Méditerranée, 2003.

Alfred Dabat, " Femmes dans leur intérieur " (coll. part.), extrait de L'Algérie du Sud et ses peintres, de M. Vidal-Bué, Paris-Méditerranée, 2003.

Madame Jean Pommerol aborde du point de vue anthropologique, la question des femmes du Sahara algérien, dans son livre " Une femme chez les sahariennes : de Laghouat à In Salah ", Elle consacre une partie importante aux femmes de Laghouat (pages 17 à 95). Ce document peut être très profitables aux recherches sociologiques et anthropologique de Laghouat.

Ce livre est riche en informations sur la vie en tribu, l'Agha des Larbaa, Si Djelloul ben Lakhdar décrit dans ce document la position de la femme chez les Larbaa. Des tribus, des noms et des lieux reviennent à chaque fois.

Origine : Une femme chez les Sahariennes entre Laghouat et In Salah, Paris, Flammarion, 1900, 411 p., 90 illustrations d'après les dessins et les photographies de l'auteur

Source : www.archive.org

Description du live de Pommerol par Odette Petit dans Histoire sociale de Laghouat, page 141 : " Les femmes sahariennes : leur psychologie, leurs occupations, la beauté de ces femmes, leur vertu : «aucune femme, jeune ou mûre, n'est vertueuse», la vertu «n'existe pas quand la chasteté est imposée matériellement». Les femmes des Ksour, le Mzab et les sept villes saintes. De la naissance au mariage, en nouant le «drinn» (divorce) Ouargla la perle, de Tuggurt à In Salah, la vie au douar (tribus arabes nomades). Au sommet des chameaux. Les «idées» sahariennes : lesfrançais n'ont eu encore aucune influence sur la femme saharienne dont le senti ment dominant est celui de la peur. Les pages 17 à 95 sont consacréesaux femmes laghouaties, à leurs activités, à leurs attitudes, à leur comportement que Mme Pommeroi décrit avec beaucoup de délicatesse et de finesse."

 

Commenter cet article