Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mémoire, Documentation et Archives de Laghouat

A travers ces pages, vous allez découvrir Laghouat, la porte du désert, une cité saharienne de l'Algérie, une ville du Xe siècle dont le nom a une origine plus ancienne encore. Ceci est un blog où je me contente de commenter des événements, illustrer des faits, partager des documents pour l'histoire dans le but d'aider en documentation nos chercheurs dans leur travaux académiques.

Dar E'safah

Publié le 5 Mars 2016 par Bachir Rouighi

Dar E'safahDar E'safah

Dar E'safah ou la kasbah de Bensalem ou encore la citadelle était construite sur le rocher E'safah. C'était une -maison-forteresse- où était installé le maître de la ville de Laghouat, Ahmed bensalem Ben Maamar ben Zaanoun ben nin. Bensalem avait été, d'abord, chef des Ahlafs, un pouvoir qu'il avait hérité des ses ancêtres et depuis 1828 il devint maître de la ville de Laghouat entière,

Dans la première photo apparait une partie de l'ancienne maison d'Ahmed bensale (la partie postérieure) au milieu, on peut voir la grande mosquée (S'afah) de Laghouat en cours de construction.

Dans la deuxième photo on distingue un autre symbole du pouvoir d'Ahmed Bensalem ben Maamar ben Zaanoun. A la mémoire de Si Ahmida Gueddouda de qui je tiens une description de cette vue grâce à Belkacem Takhi! j'espère que je n'ai pas tort ! C'est bien la fortification de l'ancienne guillotine et la prison de Bensalem?!

Regardez mes amis cette photo de la citadelle et ce qu'elle révèle comme splendeur ! une image symbole de la transition entre deux époques, celles d'avant 1852 et celle d'après 1852. Une mosquée, symbole de l'Islam qui s'élève sur les lieux d"un bastion de la ville; la kasbah de Bensalem ou Dar E'safah, le symbole de la stabilité de la ville, l'unité de ses rangs et de sa grandeur à l'époque. Les deux édifices sont des repères de Laghouat.

                                                                                                                                    B.R

Commenter cet article